Skip links
Témoignage d'un agent mandataire

Témoignage d’un agent mandataire sur le réseau immobilier MeilleursBiens 2022

Introduction

Témoignage d’un agent mandataire : Kevin Tisserand 

Une fois par mois, Michael Benchabat (PDG – Fondateur du réseau de mandataires immobiliers MeilleursBiens) organise un Live « Parole d’Agent » en direct sur Facebook, LinkedIn, Instagram et YouTube.

Ce Live est un moment unique pour échanger avec les agents du réseau sur leurs expériences professionnelles, leurs expériences dans le réseau MeilleursBiens, leurs secteurs et leurs marchés.

Dans cet article, vous allez pouvoir retrouver la retranscription intégrale de ce dernier Live.

Pour ce Live, Michael a eu le plaisir d’échanger avec Kevin Tisserand, agent MeilleursBiens depuis 1 an et demi sur Montpellier et alentours.

Témoignage d’un agent mandataire : Kevin Tisserand au micro de Michael

Michael :
Bonjour à tous et bienvenue !
Aujourd’hui je vais échanger avec Kevin Tisserand qui est chez nous depuis un peu plus d’un an.
Bonjour Kevin.
Merci d’avoir accepté ce Live Parole d’Agent MeilleursBiens qu’on fait une fois par mois. C’est l’occasion d’échanger avec un agent et qu’il nous partage son ressenti par rapport au réseau.
Ce que je te propose déjà Kevin, c’est que tu puisses te présenter à ceux qui n’ont pas encore la chance de te connaitre.

Kevin :
Bonjour Michael !
Déjà merci pour l’invitation, c’est un plaisir.
Je m’appelle Kevin Tisserand, j’ai 33 ans, j’habite dans le Sud de la France. Je suis actuellement sur Caveirac et anciennement sur Montpellier. C’est à environ une demie heure de route.
J’ai fait un BTS management des unités commerciales. J’ai ensuite intégré une société de vente de menuiserie : K par K. J’ai pu y travailler pendant à peu près plus de 7 ans. Au bout de 7 ans, j’ai arrêté ce métier de VRP. Ça faisait pas mal de temps que je m’intéressais à l’immobilier. Je me suis donc lancé. J’ai commencé à faire mes armes. J’ai officialisé mon statut d’agent immobilier au bout de 2 ans. J’étais dans une agence immobilière.

Michael :
Je précise « agent mandataire immobilier ». On ne peut pas utiliser le titre « agent immobilier » même si personnellement ça ne me dérange pas et que nous avons des agents mandataires qui sont meilleurs que certains agents immobiliers qui ont leur Carte T. On en est très fier d’ailleurs !

Kevin :
J’ai toujours été mandataire en tout cas, depuis mes débuts.

Michael :
Alors Kevin, tu as travaillé pendant 2 ans dans une agence immobilière vitrine, pignon sur rue. Peux-tu en dire un peu plus ?

Kevin :
C’était une agence immobilière naissante sur Montpellier. C’est un très bon ami qui tenait l’agence et qui m’a donné l’opportunité de rentrer au sein de son équipe. Il m’a vraiment accompagné pendant 2 ans pour m’amener aux portes de chez toi Michael et de toute ton équipe. C’est un ami que je respecte énormément.

Michael :
Et alors pourquoi as-tu choisi MeilleursBiens ?

Kevin :
J’ai choisi MeilleursBiens par rapport à l’autonomie totale. Autonomie et liberté, c’est vraiment les deux critères principaux, clairement. Car pour moi, ça ouvrait vraiment le champ des possibles sur l’activité. Je suis spécialisé dans la transaction dans l’ancien. Donc quand on a fait le choix de… Je dis « on » car je travaille avec ma soeur, on travaille en famille.

Michael :
Et un super duo familiale en tout cas avec Virginie Morel Tisserand ! Vous formez un super bon duo ! Il faut le dire parce que c’est rare que ça matche avec le boulot en famille et quand ça fonctionne je suis hyper admiratif.

Kevin :
On va rentrer un peu dans la confidence. Nous on est très famille. On avait un papa qui nous disait toujours « Mon rêve serait que vous fassiez ensemble quelque chose, que vous créiez et ameniez quelque chose à la famille, un état d’esprit d’entrepreneur ». Tout ça c’est ce qui nous à amené à intégrer MeilleursBiens. Justement, il y a cette autonomie, cette liberté. C’est vraiment une opportunité à part entière. Tout est possible. En restant bien sûr spécialisé, soit dans l’ancien, soit dans le neuf, ne pas se disperser, mais ça ouvre pas mal de portes.

Michael :
Et c’est vrai que comme tu l’as dit, l’autonomie et l’indépendance c’est hyper important chez MeilleursBiens. Ce n’est pas une vue de l’esprit, ce n’est pas une publicité mensongère. Les agents du réseau sont vraiment libres de leur emploie du temps, de leur secteur. Ils travaillent où ils veulent, quand ils veulent. Quand ils partent en vacances pendant des semaines ou des mois, on est content pour eux. Quand ils bossent à fond, on est content pour eux aussi. Et on ne va rien leur imposer si ce n’est de travailler au top et de satisfaire vraiment leurs clients. Et en général les agents qui nous rejoignent sont tous dans cet état d’esprit de satisfaction client.
Kevin, quand on commence en agence avec un bureau, une vitrine, etc, ce n’est pas trop compliqué de basculer en réseau de mandataires immobilier en étant de chez soi ?

Kevin :
Non pas du tout, car déjà d’une, on travaille à deux. Il y a un vrai esprit d’équipe et on ne se sent pas tout seul. Deuxièmement, on a toujours eu un état d’esprit très autonome. Avec ma soeur, on aime bien aller de l’avant, on prend des initiatives. Ça coïncidait parfaitement avec MeilleursBiens.

Michael :
Donc la transition n’a pas été trop compliqué ?

Kevin :
Du tout. Ça a été plutôt un pont vers quelque chose de plus développé et de plus fun, pour nous en tout cas.

Michael :
Tant mieux ! Je te pose cette question car on a des agents qui ont fait 20 ans en agence. Je pense par exemple à Juan Moioli. Ça a été ça leur crainte. On m’a déjà dit « Michael tu sais, moi j’ai l’habitude quand je me lève le matin, je vais à l’agence. Et là ça va me faire bizarre ». Et honnêtement, aujourd’hui, pour rien au monde il reviendrait en agence. Il est bien, il a son rythme et il se gère au top.

Kevin :
C’est un coup à prendre mais on le prend vite je pense. Si on a un interêt à faire quelque chose, qu’on le fait avec passion et avec amour, forcément ça devient plus facile. C’est évident.

Michael :
Mais je suis tellement d’accord avec toi, c’est comme la phrase qui dit « Trouvez un travail que vous aimez et vous ne travaillerez pas un seul jour dans votre vie ».

Kevin :
Et c’est la raison pour laquelle j’ai officialisé mon statut dans l’immobilier qu’au bout de 2 ans, quand j’avais commencé à m’intéresser à l’immobilier. On le sait très bien, l’immobilier c’est hyper à la mode. Donc j’avais pris le soin de vraiment faire mes armes pendant 2 ans pour être pris au sérieux et que ça dure.

Michael :
Et tu as bien fait ! C’est vrai que c’est une passion ce métier, à la base, parce que c’est un très beau métier qui n’est pas toujours très facile et très évident mais qui est passionnant. C’est tellement gratifiant quand on accompagne une famille et que cette famille nous remercie. Accompagner une famille dans un projet de vie c’est génial.

Kevin :
C’est assez fort en émotion ! Surtout qu’on a un état d’esprit qui est relativement simple et que tout ce qui touche à la famille nous touche. Au final, quand on accompagne une famille de A à Z dans leur projet, que ce soit la vente ou l’acquisition, nous on finalise toujours avec un acte symbolique. Chez le notaire, à la signature, on met une petite nappe, on pose la bouteille de champagne et les coupes et on fait un cake aux olives ou on ramène quelque chose préparé maison. Tout ça pour symboliser une vente, une acquisition et c’est toujours plus sympa.

Michael :
C’est top ! Et d’ailleurs, ça se voit. Quand on voit vos avis clients passer, ils sont excellents. Vous faites un super boulot.
Pour parler un petit peu du 100% commissions, car pas plus tard qu’hier on a dit « Mais comment ils font, comment c’est possible ? ». Je te pose donc la question, la première fois que tu a vus ça, qu’est-ce que tu t’es dit ?

Kevin :
Je pense un petit peu comme tout le monde. Je n’y croyais pas du tout. Je voyais ça trop beau, trop grand. C’est le troisième critère. Il y a l’autonomie, la liberté et forcément le 100% commissions. Au début je t’ai eu directement comme interlocuteur et tu m’as expliqué simplement les choses, calmement. Tu es parti d’un point A à un point B. Tout était organisé. J’ai tout bien compris. Et quand j’ai transité de l’ancienne agence à MeilleursBiens, ce qui m’a d’autant plus surpris c’est que de A à Z, tout était coché. Il ne manquait rien. Il n’y avait pas de problème. Donc en fait le 100% commissions, comment tu me l’as présenté, je me suis dis « Mais il est où le loup ? » Je suis rentrée chez vous et je me suis dis qu’est ce qu’il va se passer. Mais c’est très rigoureux et très bien expliqué. J’encourage les gens qui ont envi de passer la troisième, il faut y aller.

Michael :
C’est vrai que maintenant on nous le dit moins, c’est quand même moins fréquent qu’à nos débuts il y a 3 ans et demi. Tout le monde nous disait « Il est où le loup ? », « Elle est où l’arnaque ? », « Comment vous faites pour vivre ? » et comme tu l’a dis Kevin, pour nous c’est hyper clair. Nous ne sommes pas philanthrope, nous ne sommes pas l’Abbé Pierre non plus. C’est une activité à vocation commerciale, nous avons des charges aussi qu’il faut payer.
Pour l’expliquer très brièvement, c’est juste un modèle qui est basé sur de l’abonnement mensuel. Il y a simplement un petit forfait de transaction de 149€ lorsqu’un agent fait une vente. Mais le point clé c’est que ce modèle n’est pas fait pour tout le monde, il n’est pas adapté à tous les profils. On a très très peu de junior dans le réseau. Il faut être autonome, indépendant et déjà expérimenté pour s’épanouir dans le réseau. 80% de ceux qui veulent se reconvertir dans l’immobilier ne passent pas le cap des 1 an.

Kevin :
Là au final je vais rentrer dans ma 7ème année d’immobilier et quand on a basculé avec ma soeur chez MeilleursBiens, on a vraiment pris conscience qu’on était chef d’entreprise. Tout s’offrait à nous avec une structure rigoureuse. Par exemple de temps en temps, quand on signe un mandat papier, si on oublie de l’envoyer à MeilleursBiens on a une notification sur l’application ou par mail en disant « N’oubliez pas d’envoyer votre mandat papier ». Donc il y a cette liberté, mais au niveau légal c’est hyper rigoureux. C’est hyper interessant.

témoignage d'un agent mandataire

Michael :
C’est important que tout soit cadré. Je dis toujours « On travaille très sérieusement mais sans se prendre au sérieux ». Mais les choses sont faites. Elles doivent être faites, bien faites et rapidement faites. C’est important pour nous qu’il y ai ce triptyque. D’ailleurs, récemment, on a du modifier notre barème d’honoraires. On l’a fait rapidement, pour que tout le monde puisse être dans la loi rapidement. On est pas des hors la loi, c’est important.
Et comme tu dis, vous êtes des vrais chefs d’entreprise. Et MeilleursBiens est simplement là pour vous donner tous les outils. Vous prenez ce que vous avez besoin, en fonction de vos besoins. On ne vous impose rien.

Kevin :
Tout est à la carte, tout est à notre disposition ! On fait ou on ne fait pas en fonction des possibilités, en fonction de nos types de biens. Tout est adapté !

Michael :
C’est exactement ça ! Et après on essaye d’enrichir notre MarketPlace avec des nouveaux outils. Ces outils ne conviennent pas forcément à tout le monde mais ils conviennent à certain. L’idée c’est que tu puisses à un moment donné, si tu as besoin d’un nouvel outil, l’avoir, qu’il soit disponible.

Capture décran 2022 06 30 à 10.52.33

Michael :
Pour rebondir sur ce que dit Denvers, chaque agent va avoir son abonnement sur mesure et qui va être customisé en fonction de ses besoins. Et c’est Marine, ma binôme au siège MeilleursBiens qui dit souvent « Chaque abonnement est unique chez MeilleursBiens ». Et elle a raison ! Elle a raison car ton abonnement ne sera pas le même que celui d’un autre agent du réseau. Mais chacun a l’abonnement qui lui convient. Et c’est ça qui est important pour nous.

Kevin :
Et ce qui est intéressant pour tous les agents, c’est qu’en fonction des périodes, s’il y a plus ou moins de transaction, on va avoir un forfait qui est plus ou moins cher. C’est une très bonne chose !

Michael :
C’est vrai ! Et on peut réduire son abonnement quand son activité se réduit un petit peu. Par exemple, là on va entrer en plein été. Généralement, août ce n’est pas un mois qui est ultra dynamique. Ça permet de réduire son activité et son pack.
Et donc Kevin, par rapport au réseau et depuis que tu es entré dans le réseau, est-ce que tu trouves que le réseau avance, que ça évolue, il y a de nouvelles choses ?

Kevin :
Ça évolue tout le temps car vous nous sollicitez ou on va vous solliciter pour avoir des outils complémentaires pour le bien du travail de chacun. Ça évolue assez vite, je n’ai même pas le temps en ce moment de prendre 30 minutes de temps pour répondre aux partenaires malheureusement. En plus, ils sont tous fort sympathiques. Il y a une évolution permanente. De toute façon, quand tout est full digital c’est plus simple.

Michael :
C’est vrai que c’est important ! Et du coup quand tu fais une vente tu es payé ? Et surtout tu es payé rapidement ? Tout le monde se pose la question « Comment ils font ?  » et en plus « Est-ce qu’ils sont payés ? « .

Kevin :
Aaaaaaah oui ! Bien sur que si on est payé ! Et si on a le malheur d’envoyer la facture un peu tardivement on se fait taper sur les doigts tellement que ça va vite (rire).

Michael :
En plus on a tout automatisé, vous avez juste à renseigner votre numéro de facture et tout se fait automatiquement.

Kevin :
Quand on envoie la facture, on est payé même pas 3 jours après, ça dépend de la banque. Mais ça va très vite.

Michael :
C’est important pour nous. Les ventes sont déjà extrêmement longues. Depuis la Loi Alur, elles ont été rallongées d’au moins 1 mois. Si en plus, on vous ralentit les paiements et qu’on passe une semaine ou 10 jours à vous régler, ça devient dramatique.

Capture décran 2022 06 30 à 11.45.08

Michael :
Et Patricia nous dit « Qonto » et c’est vrai qu’avec la banque Qonto dès que je fais le virement, l’agent l’a instantanément sur son compte. Et ça marche super bien !

Capture décran 2022 06 30 à 11.47.21

Michael :
Pour toi Kevin, quel serait les points forts et les points faibles du réseau ? Car on a forcément des points faibles ?

Kevin :
Je vais rester très simple mais les points forts c’est qu’on trouve chaussures à notre pied à 100%. Et je vais accentuer sur un point, c’est la réactivité. Quand on a une demande à faire, quand on a une question ou autre on va sur notre espace qui est dédié aux agents et on a une vitesse de réponse qui est je pense d’environ 5 minutes toute la journée. Donc on a une question et on a des personnes qui nous répondent directement.

Michael :
Oui, vous avez Caroline et Antoine qui sont des vraies personnes et vous avez Édouard l’assistant virtuel. Julien, mon associé, chapeaute tout cela. Ils assurent et j’en profite pour les remercier !

Capture décran 2022 06 30 à 12.11.22

Kevin :
C’est vraiment le point fort la réactivité ! Quand on a une question et qu’on a la réponse sous 5 minutes, c’est magnifique. Tout le monde reste joignable, que ce soit vous au siège ou les autres agents MeilleursBiens. On a d’ailleurs pu rencontrer certaines personnes, les avoir au téléphone, c’est plutôt cool.
Et en point faible, bah clairement je n’en ai pas qui me viennent là. Je ne vais pas inventer quelque chose. Je n’ai pas forcément d’argument pour dire qu’il y a un point faible chez MeilleursBiens. Il y en a forcément, mais là rien ne me vient.

Michael :
Et bah dis donc, ça fait plaisir ! C’est adorable ! Ça fait hyper plaisir d’avoir ce genre de retour. Qu’est-ce que tu dirais à quelqu’un qui se pose la question, qui se dit « J’y vais ? J’y vais pas ? » ?

Kevin :
J’ai eu en plus certains agents qui m’ont demandé cela. Je suis très factuel à la base, donc forcément on ne va pas se le cacher, on parle toujours argent en premier. J’avais fait un tableau à l’époque, quand je me posais des questions. Et c’est devenu une évidence. Tout était marqué très simplement et je disais à des futurs collègues « Écoute, c’est très simple, fonce », en leur montrant le tableau. Je leur explique comment ça se passe et si ils ont encore des questions après ça, je ne sais pas comment ils font. Après c’est un feeling aussi et il faut aller de l’avant. En général, personne n’aime le changement. Quand on apporte un changement dans une vie ou autre, c’est la catastrophe. Donc quand on doit changer de métier ou de structure, il faut se lancer. Quand tous les voyants sont au vert.

Michael :
C’est clair que ça fait toujours peur le changement. Mais comme tu l’as dit, quand on est dans un état d’esprit comme celui-ci, c’est-à-dire un véritable entrepreneur, autonome, indépendant, qui a déjà de l’expérience dans le métier, franchement ça coche un peu toutes les cases.
Et on a aussi mis en place un comparateur de revenus qui permet de voir la situation dans laquelle tu es, et celle avec les gains que tu enregistres et les gains potentiels et supplémentaires que tu pourrais avoir en étant chez MeilleursBiens. D’ailleurs, ce comparateur a été copié et recopié par pas mal de concurrents…
Et d’ailleurs, quand avec Marine on tombe sur un profil qui ne colle pas et on sait que ça ne va pas aller dans le réseau, on a l’honnêteté de le lui dire. Ça n’a pas de sens que les agents rentrent et ressortent après 1 mois.

Kevin :
Ça a d’ailleurs été un critère ! C’est un réseau discret. On ne voulait pas avoir un réseau avec X milliers d’agents. C’était un critère le côté familiale, la proximité et la réactivité.

Michael :
Et par rapport à ceux que tu dis, je vais préciser une petite chose car on n’est pas des milliers, on dépasse à peine les 350 agents en 3 ans et demi. Et certains agents ont peur qu’on devienne un mastodonte comme les très gros réseaux à plusieurs milliers d’agents. Je tiens à les rassurer car ce n’est pas notre objectif. Si notre objectif c’était le plus grand nombre, on n’est pas idiot, on aurait activé d’autres leviers comme ouvrir les portes à tous les profils, rajouter un modèle pyramidale en MLM et là on va engranger un certain nombre d’agents. Mais ce n’est pas l’objectif ! L’objectif c’est de constituer un bon réseau avec de supers bons agents, qui soient dans un super bon état d’esprit, qui bossent bien, qui arrivent à bien satisfaire leurs clients, qui soient épanouis, heureux. C’est ce qu’on voudrait faire.

Capture décran 2022 06 30 à 12.31.24

Kevin :
Et c’est le plus important ! Il faut avoir son métier et avoir sa vie privée, sa vie de famille, ses loisirs. Aujourd’hui, si on veut se dégager du temps, il faut qu’il y ai la performance en face. C’est important de travailler dans un climat où on se sent bien. La plupart des gens qu’on entend, dans tous les métiers confondus c’est « Si j’avais su », « J’aimerai changer ».

Michael :
Moi je dis toujours qu’il n’y a pas de fatalité. Si on est dans un métier et que l’on ne l’aime pas, il faut se prendre en main. Personne ne va venir te servir sur un plateau d’argent « Viens je t’ai trouvé un truc qui est facile, qui est rémunérateur, tu vas être au top ». Non. Il faut aller le chercher. Mais ça ne se fait pas facilement et simplement, ça fait peur.

Kevin :
C’est le plus dur je pense. D’arriver à passer le cap, de changer de métier ou de société, c’est pas simple. Le coût de la vie est tellement élevée, les charges, la famille…

Michael :
Complètement. Et puis comme tu l’as dit, le changement fait peur. On se dit « L’herbe n’est pas plus verte ailleurs » alors que si, parfois l’herbe peut être plus verte ailleurs !

Kevin :
Quand c’est vérifié de façon factuelle et que toutes les cases sont cochées. J’ai un raisonnement très direct, soit c’est oui, soit c’est non. Il n’y a pas d’entre deux. C’est très subjectif ce que je dis, mais ça me concerne.

Michael :
Et donc pour terminer Kevin, si c’était à refaire ?

Kevin :
Je me suis souvent dit « J’aurai attaqué l’immobilier bien avant ». Mais au final, c’est arrivé à point nommé. Si je me suis lancé, c’est que c’était le bon moment. En plus, la cerise sur le gâteau, je travaille avec ma soeur. Tout va bien. Et que ça continue !

Michael :
On touche du bois, que ça continue dans cette lancée et toujours avec le sourire et l’efficacité que tu as avec Virginie. On a d’ailleurs beaucoup d’agents qui nous disent « Si c’était à refaire, je le referais plus tôt ». Mais je pense que chaque chose arrive à un bon moment. Parfois c’est peut-être un peu tôt. Il faut que les choses se fassent naturellement.

Capture décran 2022 06 30 à 14.26.44

Kevin :
C’est arrivé au bon moment oui je pense.

Capture décran 2022 06 30 à 14.27.13

Michael :
En tout cas, encore mille mercis d’avoir jouer le jeu et je te laisse le mot de la fin.

Kevin :
Bah déjà merci beaucoup ! Un gros bisou à ma soeur et courage à tous les agents MeilleursBiens.

Michael :
Que la force soit avec vous tous 🙂

Liens utiles

Mini-site de Kevin Tisserand

Carte de visite de Kevin

MeilleursBiens.pro

MeilleursBiens.com

Comparez vos revenus

Nos tarifs 

FAQ

Autres articles

Prenez un rdv avec un conseiller