Tout savoir sur la rémunération d’un mandataire immobilier

Un mandataire immobilier est un chef d’entreprise – quand bien même eût-il opté pour un statut de micro-entreprise… A ce titre, il réalise un chiffre d’affaires, paie ses charges et taxes, puis perçoit sa rémunération nette, laquelle est inévitablement fluctuante, puisque basée sur ses transactions immobilières (et un certain nombre d’autres facteurs). Pour autant, passés les quelques premiers mois de lancement d’activité, si le mandataire performe et qu’il jouit d’un bel alignement de planètes, il peut gagner sa vie de manière plus que correcte ! Pour tout savoir sur les modalités de rémunération d’un mandataire immobilier, c’est ici et maintenant…

Des débuts inévitablement difficiles

Le mandataire immobilier est payé dès lors qu’il a effectué sa mission, celle-ci consistant soit à vendre, soit à louer un bien. Dans les deux cas, le cycle commercial est soumis à des délais qui sont assez incompressibles. Même s’ils sont moins importants dans le processus locatif, il faudra toujours à minima quelques semaines avant qu’un locataire n’emménage.  S’agissant de ventes, le mandataire va consacrer ses premiers mois d’activité à la prospection afin de constituer son portefeuille de biens. S’ensuivent les premières prises de mandats, qui, en principe, conduisent aux premières visites… A plus ou moins brève échéance, vont tomber les premières offres d’achat, suivies de probables sessions de négociations… Qui, si tout va bien, génèrent les premiers compromis de vente, lesquels – là encore, si tout va bien – vont se transformer en signatures d’actes authentiques dans un délais moyen de trois mois…. Bref, le mandataire devra s’armer de patience, et de toutes ses économies car il lui faudra compter entre 3 et 6 mois pour toucher ses premières commissions de vente. Durant ce laps de temps, il devra disposer de suffisamment de trésorerie pour couvrir ses frais fixes, dont, notamment la redevance qu’il devra acquitter au réseau pour pouvoir exercer en son nom. A ce titre, il est important de bien étudier la politique de rémunération (barème de commission + montant de la redevance, + accompagnement), proposé par les différents réseaux immobiliers. Une fois son rythme de croisière atteint, les évolutions de salaire du mandataire immobilier peuvent être conséquentes. Sa base clients va s’enrichir, ses ventes devenir récurrentes et son chiffre d’affaires peut augmenter de manière très significative. Il est d’usage de considérer qu’un mandataire immobilier peut aisément doubler sa rémunération moyenne entre l’année 1 et l’année 3.

Comment est rémunéré un mandataire immobilier ?

Le mandataire est payé selon le taux de commission défini par le réseau immobilier, qu’il va choisir pour partenaire. Ce taux oscille entre 30 et… 100% ! Il est déterminé par chaque réseau – ils sont, pour l’heure, environ 130 en France – en fonction de sa politique de rémunération, et du niveau d’accompagnement qu’il fournit à ses mandataires indépendants. Seul, un réseau, revendique le maintien au mandataire immobilier, de 100% de ses commissions… C’est le réseau Meilleursbiens.com, créé en 2010 qui a impulsé cette pratique novatrice. Le réseau a en effet décidé de créer un modèle atypique uniquement basé sur la redevance mensuelle, laquelle, très raisonnable, se situe entre 179 € (pack initial), et 259 € (pack plus avec 14 annonces sur SeLoger, Leboncoin, Bien’ici et figaro immo) Et s’il se dit, dans la profession, qu’un prélèvement à zéro des commissions, doublé d’une redevance faible ne peut que conduire à un accompagnement réduit à sa plus simple expression, Meilleursbiens.com, prouve le contraire ! Le réseau puise en effet son efficacité dans son ADN hyper digitalisé. Toute l’offre repose sur une palette de services pensés pour conjuguer rentabilité commerciale et satisfaction client final. Le mandataire dispose ainsi de :

  • La notoriété de la marque qui monte en flèche,
  • Une exclusivité territoriale, (pour les agence physique)
  • Un mini-site personnalisé : une interface qui permet de se présenter en tant que professionnelle et de lister toutes les annonces,
  • Une assistance juridique et administrative : conseils juridiques et administratifs via un chatbot et la plateforme du SNPI, le logiciel de transaction Hektor, simple et intuitif… Le préféré de la profession,
  • Un accès mandats inter-agents,
  • Une marketplace permettant de se former, de réaliser du home-staging virtuel, des plans 3D, des visites virtuelles, de commander goodies et impressions, de signer des mandats électroniques, etc.
  • Un pack de diffusion d’annonces sur Se Loger / Le Bon Coin / A vendre à Louer ainsi qu’une cinquantaine de sites dont les leaders du secteur.

Mandataire immobilier, quelles sont ses charges ?

Outre la redevance versée au réseau, le mandataire immobilier devra acquitter ses charges fixes et variables. Les premières, en tant que travailleur indépendant susceptible de travailler de chez lui, peuvent être réduites à leur plus simple expression : un véhicule, un PC et une bonne dose d’énergie ! S’agissant des charges variables, s’il a opté pour le statut d’auto-entrepreneur, il sera imposé à 22 % de son chiffre d’affaires sur son revenu (voire 5% la première année dans le cadre de l’ACRE proposée par Pôle Emploi). Mais pour conserver ce statut, il ne doit pas dépasser un chiffre d’affaires annuel fixé à 70 000 €.  Au-dessus l’indépendant a le choix de créer une société (EURL ou SASU). Il peut alors peut facturer autant de chiffre d’affaires que possible et est soumis au régime d’imposition des sociétés (IS).

Nous Rejoindre

Prenez rendez-vous avec un de nos conseillers ou commencez simplement vous même votre inscription.